grille du Palais Royal
Qui pourrait imaginer en voyant ce lieu, aujourd'hui si paisible, que le Palais Royal fut un jour le lieu où il fallait aller pour voir et être vu?
De la Régence de Philippe d'Orléans à la Monarchie de Juillet, élégants et élégantes s'y donnent rendez-vous. On y trouve des restaurants et des cafés, des salles de jeux, des marchandes de nouveautés, des imprimeurs, des éditeurs, des théâtres et le fameux cabinet du docteur Curtius qui exhibe les bustes en cire des célébrités du moment. C'est chez le docteur Curtius qu'une certaine Marie Tussaud fit ses premières armes avant de traverser la manche. On y trouve aussi la foule des prostituées, souteneurs et pickpockets qui le soir venu, par centaines, envahissent les allées.

 
 
 
 
 
chante la comptine pas si enfantine...

C'est au Palais Royal que le 12 juillet 1789, devant le café de Foy, un jeune journaliste harangue la foule après la démission de Necker que l'on prend alors pour un renvoi. Camille Desmoulins cueille alors une feuille de tilleul qu'il place sur son chapeau, cocarde verte d'espérance.  C'est aussi ici qu'après avoir voté la mort du roi, Lepeletier de Saint-Fargeau, rentrant chez lui, est assassiné devenant ainsi le premier martyr de la Révolution.


Se promener dans ces allées calmes, c'est d'abord profiter de la beauté de ce jardin clos sur lui-même, de l'architecture régulière et élégante des immeubles qui bordent le quadrilatère. Visiter le jardin du Palais Royal, c'est aussi comprendre comment s'organise la vie des Parisiens au XVIIIème siècle, à quoi ressemble alors une boutique, comment on se distraie, quels sont les lieux à la mode, comment se diffusent les nouvelles et la culture, les cabinets de lecture, ancêtres de nos bibliothèques. C'est enfin évoquer quelques unes des heures chaudes et mouvementées de la  période révolutionnaire.
 
 
 
 

dragon-Balcon de l`hôtel Chenizot le Saint-Louis