Durant l'entre-deux-guerres, le XVIème arrondissement voit l'édification de bâtiments porteurs d'une esthétique nouvelle qui privilégie la ligne droite, les couleurs franches et revendique l'utilisation du béton.

Ce nouveau style qui se manifeste en architecture dès 1903 avec l'immeuble des frères Perret rue Franklin, est rapidement adopté par tous les secteurs de la création. Par ailleurs, il n'est pas rare que des artistes et des artisans franchissent les limites de leurs domaines respectifs pour collaborer à la création d'une œuvre commune. Ainsi, pour L'Inhumaine, sorti en 1924, Marcel L'Herbier fit-il appel à Robert Mallet-Stevens et Fernand Léger pour les décors, Paul Poiret pour les costumes, Darius Milhaud pour la musique, Lurçat pour les tapisseries, Puiforcat et Lalique. cette esthétique accompagne un profond changement des mentalités et des mœurs: le pacifisme de Romain Rolland mais aussi une incroyable envie de vivre si bien évoquée par Hemingway dans Le Soleil Se Lève Aussi qui s'exprime par le goût des fêtes, de la vitesse, du sport, une nouvelle place pour les femmes...

Cette promenade répond à deux objectifs. Tout d'abord, faire revivre la société de l'entre-deux-guerres avec ses figures de proue mais aussi évoquer la rue et la vie des Parisiens de cette époque. Ensuite, porter une attention soutenue aux créations architecturales que ce soit des bâtiments ouvertement Art Déco, des immeubles de style "paquebot" ou des réalisations de style international.


 

dragon-Balcon de l`hôtel Chenizot le Saint-Louis