À la recherche du Paris de Nicolas Flamel (1330/40?-1418)

Février 2018
4 commentaires

Entre la rue des Lombards et le square de la tour Saint-Jacques, la rue Nicolas-Flamel croise la rue Pernelle, deux très anciennes voies de Paris: la rue de Marivaux et la Petite rue de Marivaux (1) rebaptisées ainsi en l'honneur du fameux alchimiste et de son épouse dame Pernelle.

les lieux de Nicolas Flamel dans Paris

Ce choix onomastique n'est en rien dû au hasard car c'est bien à cet endroit qu'était située la boutique de Nicolas Flamel, supposé alchimiste mais vrai libraire. Sa librairie, à l'enseigne de la fleur de lys se trouverait aujourd'hui au milieu de la rue de Rivoli, là où la rue de Marivaux croisait la rue des Écrivains. 

C'est dans un Paris en crise que se déroule la vie de Nicolas Flamel, un Paris troublé par les ravages de la guerre de Cent Ans (1337-1453) caractérisée dans ses débuts par une série de défaites françaises: défaite de Crécy en 1346 où le roi de France Philippe VI abandonne le champ de bataille et surtout la terrible défaite d'Azincourt en 1415 où 6 000 chevaliers français perdent la vie. Dans le sillage de la guerre, les affrontements de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, les révoltes, celle des maillotins en 1382 et celle des cabochiens en 1413 ensanglantent régulièrement les rues de Paris. Enfin, la terrible peste noire de 1348-1349 emporte un bon tiers de la population parisienne.

Le quartier dans lequel vit Nicolas Flamel est l'un des plus peuplés de la capitale. On compte 1200 habitants par hectare(2). Dans la capitale, une incroyable richesse côtoie la plus grande pauvreté (70% de la population parisienne est trop pauvre pour être taxée). Les logements ne sont pas très grands, pas très confortables, la vie se déroule pour l'essentiel dans la rue ce qui rend celle-ci très animée.Il faut imaginer ces rues étroites, bien plus étroites et bien moins rectilignes que les nôtres, boueuses par temps de pluie, toujours très animées et pas toujours sûres. 
Ce quartier est dominé par la masse imposante du Châtelet forteresse érigée d'abord en bois pour protéger l'accès à l'île de la Cité et rebâtie en pierres vers 1130 par Louis VI le Gros. Rendue peu utile par la construction de l'enceinte Philippe Auguste,elle était déjà devenue le siège de la Prévôté de Paris. Vers notre square Saint-Jacques se trouvait la Grande Boucherie, le plus grand marché de la viande à Paris. À cette époque, il ne s'agit pas juste de vendre de la viande. Les bêtes étaient acheminées jusque là, elles étaient abattues et dépecées. La corporation des bouchers se réunit à l'église Saint-Jacques de la Boucherie. Elle est riche mais peu appréciée. Autour de la Grande Boucherie se sont installés des métiers qui entretiennent un rapport étroit avec elle comme en témoigne le nom de rues aujourd'hui diparues (rue de la vieille tannerie, rue des fourreurs...). On y trouvait aussi les métiers de la charcuterie, de la triperie, mais aussi les fabricants de chandelles (à cause du suif) les parcheminiers et, non loin de ceux-ci, les libraires.
Saint-Jacques de la Boucherie (plan Mérian)
Saint-Jacques de la Boucherie. Plan Mérian 1615

Étonnemment, en ces temps troublés, la lecture et surtout la lecture d'ouvrages profanes s'est diffusée dans la noblesse et la haute bourgeoisie. La copie et l'enluminure ont quitté les monastères pour la ville où l'on trouve ceux qui ont les moyens d'acheter ces ouvrages extrêment coûteux. 

La fortune de Nicolas Flamel suscita l'étonnement de ses contemporains. Le couple n'ayant pas eu d'enfant a multiplié les fondations charitables et les actes de dévotion. Nicolas Flamel finança la construction et la décoration de deux arcades du charnier du cimetière des Innocents, l'une vers la rue de la Lingerie et l'autre qui par son décor contribua à asseoir sa réputation d'alchimiste le long de la rue Saint-Denis. Il fit construire plusieurs maisons destinées à accueillir les pauvres dont celle du  rue de Montmorency, dite maison du grand pignon, aujourd'hui considérée comme l'une des plus anciennes de Paris. En échange de la récitation d'un Pater et d'un Ave Maria, on y était hébergé et nourri.Il contribua également à l'embellissement de Saint-Jacques de la Boucherie(3) en finançant la réfection du portail et du tympan où il se fit représenter comme donateur au pied de la Vierge Marie en compagnie de sa femme. De même, il finança la reconstruction du portail de Sainte-Geneviève-la-Petite dans l'île de la Cité. 

dessin du portail de Saint-Jacques de la Boucherie représentant Nicolas Flamel et dame Pernelle
Portail de Saint-Jacques de la Boucherie financé par Nicolas Flamel et Dame Pernelle représentés en orants au pied de la Vierge Marie

La fortune de Nicolas Flamel et de son épouse est réelle et surtout elle est très visible en raison de ce programme architectural et de ces multiples donations. C'est ce qui contribua à la légende de Nicolas Flamel, découvreur de la pierre philosophale. Encore aujourd'hui, J.K. Rowling n'en a-t-elle pas fait un personnage de la saga d'Harry Potter, ami de Dumbledore, alchimiste heureux?

notes
1: la rue de Marivaux n'a rien à voir avec l'auteur et pour cause! Elle a été construite ainsi que la rue Pernelle, appelée alors petite rue Marivaux sur le fief Marivas qui aurait signifié marais.
2: D'après le Paris du Moyen Âge sous la direction de Boris Bove et Claude Gauvard.
3: De cette église, il ne reste plus que la tour qui, elle n'existait pas du temps de Nicolas Flamel

Pour écrire ce billet, je me suis appuyée sur:
le Paris du Moyen Âge de Boris Bove et Claude Gauvard
L'article sur la vie de Nicolas Flamel Wikipedia.

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
  • parisetailleurs dit :
    07/2/2018 à 18h 41min

    @ colette :mais l'histoire avec des cartes, des documents, en se promenant ou en reconstituant les lieux tels qu'ils pouvaient être, c'est quand même plus vivant! Quant aux professeurs, ils sont liés par le temps et un programme qui ne leur facilite pas la vie loin de là! Et il y en a d'extraordinaires, je t'assure!

  • colette dit :
    07/2/2018 à 18h 22min

    j'aurais aimé des cours d'histoire avec un prof de ton style! connaître l'Histoire par l'histoire.

  • parisetailleurs dit :
    07/2/2018 à 17h 51min

    @ Nicole :Merci Nicole ;-)

  • Nicole dit :
    07/2/2018 à 17h 32min

    Très interressant Isabelle! Go on!


  • dragon-Balcon de l`hôtel Chenizot le Saint-Louis
     
    Pour recevoir des informations sur les visites organisées et ne rien perdre des billets du bloc-notes de la Chimère, c'est ici